Forum sur les films d'horreur - L'avenue où l'on rencontre Vampires, Boogeyman's, Monstres et Maître du genre.
 
AccueilAccueil  Site  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes   Facebook   Boutique   Collection  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 After.Life

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zabou
Admin
Admin


Féminin
Nombre de messages : 8724
Age : 36
Localisation : Haddonfield
Film d'Horreur préféré : Halloween
Maitre de L'Horreur préféré (réalisateur) : John Carpenter
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: After.Life   Lun 26 Avr 2010 - 18:09


Réalisé par Agnieszka Vosloo
Avec Christina Ricci, Liam Neeson, Justin Long

Année de production : 2009

Synopsis :
Une jeune femme maintenue entre la vie et la mort tente desespérément de ne pas être brûlée vivante, son seul espoir repose dans les mains d'Eliot, le directeur de la cérémonie.



_________________

"La première fois que je l'ai vu il y a 15 ans de cela on m'a dit que cet enfant n'avait plus ni raison ni conscience, qu'il ne réagissait plus aux choses les plus rudimentaires comme la vie ou la mort, le bien et le mal, le vrai et le faux. J'ai vu cet enfant de 6 ans au visage mort, pâle où ne se peignait aucune émotion avec d'immenses yeux noirs, les yeux du malin."Dr Loomis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.avenuedelhorreur.com
Freddy Krueger
Candyman


Masculin
Nombre de messages : 230
Age : 26
Localisation : Nord-Pas-de-Calais
Film d'Horreur préféré : Freddy
Maitre de L'Horreur préféré (réalisateur) : .
Date d'inscription : 14/04/2010

MessageSujet: Re: After.Life   Lun 26 Avr 2010 - 18:42

Je connais pas ca a l'air bien !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scylla
Candyman


Féminin
Nombre de messages : 238
Age : 28
Localisation : Paris
Film d'Horreur préféré : L'Exorciste
Maitre de L'Horreur préféré (réalisateur) : Lucky McKee
Date d'inscription : 24/03/2012

MessageSujet: Re: After.Life   Lun 26 Mar 2012 - 19:03

Mon avis:

En 2001, Agnieszka Vosloo s'était déjà fait remarquer pour son court-métrage, plusieurs fois récompensé, Pâté diffusé lors du Sundance festival.
8 ans plus tard, elle revient avec son premier long métrage et nous montre qu'elle est bien décidée à se faire une place dans le cinéma indépendant américain.

Dans After.life, suite à un accident de voiture, Anna (Christina Ricci) est déclarée morte. Conduite dans un funérarium, elle se réveille.
Perdue, elle trouve pour seul interlocuteur Eliott, le croque-mort (Liam Neeson).
Alors que Anna tente de comprendre ce qu'elle fait ici, Eliott lui explique qu'elle est morte quelques heures auparavant.
Dès lors, commence un dur combat et Anna va tout faire pour prouver (et se prouver) qu'elle n'est pas morte.

Il est difficile de parler d'After.life sans spoiler l'histoire. Nous sommes face à un film d'une psychologie déroutante.
La bobine défile et le spectateur s'interroge...
Chaque détail est pris en considération.
Tout est fait pour nous "égarer". Mais il ne s'agit pas de perdre le spectateur au sens péjoratif.
Au contraire, il est davantage question de jouer avec les croyances du public, de ne rien donner pour acquis avant le terme. La mise en scène alterne les différentes théories, ceci alimentant le mystère quant à la condition d'Anna.
Cette stratégie instaure une réelle dynamique dans l'histoire qui fait attendre le dénouement avec impatience.
Mais pour que celui-ci prenne sens, tout dépendra de la manière dont vous avez visionné le film.
Vous l'avez compris, la fin d'After.life est audacieuse et mystérieuse. Aucune théorie n'est sans faille, mais tout se tient. Et le générique vous laisse songeur sur les douces notes de Radiohead.

Au niveau de la réalisation, il n'y a rien à dire. Agnieszka Vosloo excelle. Le film est esthétiquement irréprochable.
L'image est soutenue par un choix de couleurs omniprésentes (Vert et rouge principalement) qui crée une atmosphère macabre et délicieuse .
Plutôt bien rythmé, le film ne regorge pas d'action mais sans lenteur, il tient le spectateur en haleine jusqu'au bout (Voir même après).

Le casting est également convaincant.
Christina Ricci est, comme d'habitude, superbe, glaciale et souvent nue, ce qui ne sera pas pour déplaire à la gent masculine. Son charme presque mystique et inquiétant renforce l'intensité de son jeu.
Liam Neeson endosse lui le rôle complexe du croque-mort avec charisme et élégance.
On peut aussi retenir le jeune acteur Chandler Canterbury qui est excelent dans son rôle de jeune garçon énigmatique passionné par la mort.

Pour conclure, je dirais que After.life est un très bon petit thriller psychologique malheureusement passé inaperçu lors de sa sortie.
C'est d'ailleurs bien dommage car nous avons à faire à un film qui se veut original et qui cherche à investir le spectateur en l'entrainant dans une profonde réflexion (Un peu à la manière de Christopher Smith dans Triangle).
Au delà du thriller d'épouvante, c'est aussi tout une réflexion sur la mort mais surtout sur la vie. Profitons-nous assez de chaque instant? Méritons-nous notre place?
Pas parfait, mais soigné. A voir au moins une fois, si ce n'est plus pour bien cerner tous les aspects et détails de cette complexe production.

3.5


Dernière édition par Scylla le Mar 27 Mar 2012 - 20:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zabou
Admin
Admin


Féminin
Nombre de messages : 8724
Age : 36
Localisation : Haddonfield
Film d'Horreur préféré : Halloween
Maitre de L'Horreur préféré (réalisateur) : John Carpenter
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: After.Life   Mar 27 Mar 2012 - 14:42

Merci pour ta critique ça m'a bien donné envie de la découvrir

_________________

"La première fois que je l'ai vu il y a 15 ans de cela on m'a dit que cet enfant n'avait plus ni raison ni conscience, qu'il ne réagissait plus aux choses les plus rudimentaires comme la vie ou la mort, le bien et le mal, le vrai et le faux. J'ai vu cet enfant de 6 ans au visage mort, pâle où ne se peignait aucune émotion avec d'immenses yeux noirs, les yeux du malin."Dr Loomis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.avenuedelhorreur.com
TOUKIE
Jason Voorhees


Féminin
Nombre de messages : 187
Age : 43
Localisation : Pas de calais
Film d'Horreur préféré : Haute tension
Maitre de L'Horreur préféré (réalisateur) : Alexandre Aja
Date d'inscription : 17/01/2012

MessageSujet: Re: After.Life   Ven 30 Mar 2012 - 11:21

Vu je n ai pas aimé 2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dandy Kaine
Lucifer


Masculin
Nombre de messages : 4181
Age : 29
Localisation : La Chapelle Saint Sauveur
Film d'Horreur préféré : cold Prey
Maitre de L'Horreur préféré (réalisateur) : John carpenter
Date d'inscription : 04/03/2010

MessageSujet: Re: After.Life   Ven 30 Mar 2012 - 11:32


C'est l'un des films d'horreur qui me tente le plus en ce moment, en plus il y a Liam Neeson
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
foxart
Jason Voorhees


Masculin
Nombre de messages : 103
Age : 49
Localisation : Lille
Film d'Horreur préféré : Suspiria
Maitre de L'Horreur préféré (réalisateur) : John Carpenter
Date d'inscription : 09/11/2011

MessageSujet: Re: After.Life   Mer 2 Mai 2012 - 13:38

After.Life d'Agniezka Wojtowicz-Vosloo est un film qui synthétise assez bien toutes les raisons pour lesquelles j'aime passionnément le cinéma de genre depuis ma plus tendre enfance:

En effet - outre le fait que l'horreur ou le fantastique autorise toutes les audaces narratives et les expérimentations esthétiques - il est un genre qui permet, au travers du récit, d'aborder de front et souvent avec une grande force et/ou une insoutenable violence les thèmes les plus difficiles et même parfois de se coltiner et de malmener certains des tabous les plus ancrés en nous.

Si je me refuse à déflorer quoique ce soit de l'intrigue pour ne pas en gâcher le plaisir de la découverte, je dirais simplement que l'on se situe ici à la frontière très floue du thriller le plus violent et du fantastique le plus pur.

Le film entretenant avec beaucoup de talent l'ambiguïté de son récit jusqu'à son dénouement même qui reste assez ouvert à une double interprétation.

Au jeu des comparaisons - et même si les deux scénarios n'ont strictement rien à voir - l'exemple le plus pertinent me parait le cinéma de Polanski avec des films tels que Répulsion et surtout Rosemary's baby, où le spectateur ne cesse d'osciller entre le fait de croire dur comme fer au complot sataniste avant de basculer dans le doute d'une simple pathologie paranoïaque de la jeune femme enceinte.

La comparaison s'arrête là puisqu'il n'est ici aucunement question de satanisme... mais de savoir si la jeune Anna (Cristina Ricci) est bel et bien morte et si son thanatopracteur est bel et bien capable de communiquer avec les cadavres ou si elle est bien vivante et la victime impuissante d'un tueur en série assez génial.

De ce point de vue, le spectateur ne cesse d'être balloté d'une évidence à son contraire par un film qui joue méthodiquement avec ses nerfs et qui fait constamment vaciller toute certitude.

Les thèmes de la mort, du deuil, du déni, de l'acceptation ou des sentiments les plus violents que créent le décès d'un être cher ou la conscience de sa propre mortalité sont traités ici avec une crudité souvent très dérangeante et le film se montre bien souvent si angoissant qu'il en devient quasi-insoutenable.
Il ne repose pourtant sur aucun ressort horrifique traditionnel ni sur un suspense classique mais impose son atmosphère macabre avec une douceur presque languissante vraiment troublante.

La réalisatrice - dont c'est le premier film - impose déjà un style et un talent assez unique, nous ramenant constamment à sa thématique funeste sans jamais pour autant oublier d'être un pur film de genre, captivant et - je me répète - profondément anxiogène.

Liam Neeson s'y montre glaçant et d'une sobriété admirable, je ne me souviens pas de l'avoir vu si charismatique et étonnant au cinéma...

Justin Long est décidément un jeune acteur que j'aime vraiment beaucoup et le seul léger bémol du film vient de Christina Ricci.
Elle n'y est pas mauvaise, loin de là, mais c'est une actrice qui n'a sans doute pas la subtilité requise pour le rôle...
mais c'est son corps lui même qui, en revanche, apporte quelque chose au personnage et forcément - au film : Cette minuscule jeune fille, au visage de fillette et au teint de porcelaine évoque souvent une petite poupée. Elle est nue durant une bonne partie du film et ce corps est étrangement dénué de tout érotisme.

La bizarrerie du film s'en trouve renforcée... On peut néanmoins s'interroger sur l'impact qu'aurait pu avoir sur le film un corps d'actrice comme celui de Monica Bellucci, par exemple, ou ce que des actrices telles que Nicole Kidman ou Julianne Moore auraient pu apporter de profondeur au rôle... Mais l'étrange petite poupée Ricci convient sans doute mieux au rôle, même s'il arrive parfois que l'on sente les limites de son jeu.

Un film en tous cas franchement dérangeant, vraiment très original et tout à fait réussi. Et une réalisatrice à suivre de très près !!!

4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cellophane
Freddy Krueger


Masculin
Nombre de messages : 303
Age : 205
Localisation : Ici
Film d'Horreur préféré : Dépend des jours...
Maitre de L'Horreur préféré (réalisateur) : Carpenter ou Craven, classique...
Date d'inscription : 15/05/2011

MessageSujet: Re: After.Life   Sam 30 Aoû 2014 - 14:10

Un film angoissant et perturbant.

Angoissant par l'ambiance inquiétante que la réalisatrice arrive pertinemment à distiller tout au long du film grâce à un rythme lent mais constant qui permet de profiter sans (trop) se lasser des plans long et monotone.

Cette lenteur est cependant un des atouts du film, une ambiance mortuaire oppressante mise en relief par une musique omniprésente mais parfaitement réussie.

Si en effet, il y en a presque tout du long, la composition sait moduler les ambiances de piano, de violon, de percussion, pour renforcer l'angoisse qui se dégage de chaque scène.

L'histoire tient peut-être sur un timbre - on se demande si la jeune femme allongée là est réellement morte ou non - mais elle tient sur toute la longueur. Les indices, les questionnements, les réactions et évènements, que ce soit dans la chambre mortuaire, avec son ami ou l'enfant nous font sans cesse passer d'un côté à l'autre de la réponse : oui, non, oui, non...

Et c'est là que les acteurs sont primordiaux !

Liam Neeson est royal de retenue élégante et donne toute son ampleur au film.

Cristina Ricci est parfaite dans son rôle de défunte qui s'interroge et refuse de croire à sa mort avec son air d'enfant malheureux. Si elle est nue dans presque la moitié du film, il n'y a là aucune sexualité débridée ou tape à l'oeil. La réalisatrice parvient à nous montrer sa nudité comme normale.

Chandler Canterbury excelle dans son rôle de gamin. A la fois (volontairement) fade et renfermé, il trouble plusieurs fois - et  de plus en plus au long du film, jusqu'à la fin.

Enfin, Justin Long m'a moins convaincu, larmoyant et souvent inutile, c'est le point noir du casting à mon goût, dans lequel tous les autres comédiens, y compris les seconds ou tiers rôles.

Le tout pourrait être une jolie performance d'acteur sans les cadrages et le travail de la lumière. Chaque plan a été magnifiquement réfléchi, dans leur symétrie ou pour le point de vue des comédiens.

La couleur très travaillée (beaucoup de vert, de blanc, de brun désuet chez la vieille mère de l'enfant, de rouge) met en valeur les scènes et augmente encore l'angoisse du film.

Pas de sang dans ce film psychologique malgré quelques scènes de rêve gentiment effrayantes mais une angoisse qui s'instaure et perdure sur l'heure trente-huit.

Angoissant, donc, mais perturbant aussi. Car on ne sait si Anna est morte ou non - et surtout, si elle ne l'est pas, pourquoi Elliot fait-il ça ?

Une réflexion sur la mort bien menée et impressionnante si on parvient à entrer dans le film dont la lenteur et l'absence de rebondissement ou de scènes choc pourra en rebuter certains.

Il semble cependant que la presse est (injustement) critiqué ce film qui tient bien plus de promesses que d'autres films du genre et permet de passer un bon moment d'angoisse (surtout si vous commencez le film à 23h00...). Et ce, jusqu'à la fin qui, si elle n'est pas ébouriffante, offre une bonne conclusion.

Le DVD ne regorge pas de bonus :
* un making of de 8 minutes (qui est en réalité plus une explication du film et qui vous donnera concrètement les réponses que vous attendiez)
* 3 bande-annonces
* le commentaire de la réalisatrice.

3.5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://amatheus.chez-alice.fr
PHANTOM
Candyman


Masculin
Nombre de messages : 227
Age : 39
Localisation : Toulouse
Film d'Horreur préféré : Le Blob
Maitre de L'Horreur préféré (réalisateur) : Alexandre Aja
Date d'inscription : 21/01/2012

MessageSujet: Re: After.Life   Sam 30 Aoû 2014 - 17:29

Pas vu, mais ça me tente beaucoup en vous lisant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://superpop.zikforum.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: After.Life   Aujourd'hui à 3:37

Revenir en haut Aller en bas
 
After.Life
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Life on Mars / Ashes to Ashes
» Resident Evil : After Life (3D)
» Unordinary Life
» Life
» Review : Ricky Steamboat - The life story of the Dragon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Avenue De L'Horreur :: Les films d'horreur :: Thriller Horrifiques-
Sauter vers: