Forum sur les films d'horreur - L'avenue où l'on rencontre Vampires, Boogeyman's, Monstres et Maître du genre.
 
AccueilAccueil  Site  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes   Facebook   Boutique   Collection  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The Mask Of Diijon (1946)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bikinikill
Lucifer


Masculin
Nombre de messages : 2184
Age : 110
Localisation : Ma maison
Film d'Horreur préféré : Halloween
Maitre de L'Horreur préféré (réalisateur) : Carpenter
Date d'inscription : 23/02/2012

MessageSujet: The Mask Of Diijon (1946)   Mar 7 Aoû 2012 - 20:38



Réalisé par : Lew Landers
Scénario de : Arthur St. Claire, Griffin Jay
Acteurs : Erich von Stroheim, Jeanne Bates, William Wright, Denise Vernac
Année de production : 1946
Date de sortie en DVD/Bluray en France : 3 juillet 2012 (Artus Films)
Date de sortie au cinéma en France : 22 août 1947
Pays : Etats-Unis

Synopsis

Diijon, un illusionniste en perte de vitesse est en proie à de nombreuses difficultés financière et n'arrive pas à remonter la pente et ce, malgré toute la bonne volonté de sa femme, Denise. Suite à un numéro raté, l'homme répudie sa femme et s'enferme dans une spirale de violence. C'est alors qu'il décide de se consacrer à l’étude de l’hypnose pour mener de sombres desseins. Etant parvenu à pousser un homme au suicide, il tente de nouvelles expériences criminelles avec son épouse…


Mon avis

Si le prolifique Lew Landers (plus de 150 films à son actif) n' pas tellement marqué le monde du cinéma durant toute sa carrière mis part avec Le Corbeau en 1935, le cinéma d'après-guerre va lui permettre de se refaire une santé avec l'immense Erich Von Stroheim dans The Mask Of Diijon.
Voilà le pitch : Diijon, un illusionniste en perte de vitesse est en proie à de nombreuses difficultés financière et n'arrive pas à remonter la pente et ce, malgré toute la bonne volonté de sa femme, Denise. Suite à un numéro raté, l'homme répudie sa femme et s'enferme dans une spirale de violence. C'est alors qu'il décide de se consacrer à l’étude de l’hypnose pour mener de sombres desseins. Etant parvenu à pousser un homme au suicide, il tente de nouvelles expériences criminelles avec son épouse…

Bon, même s'il est clair que le scénario n'est pas très original force est de constater que la construction de récit elle, vaut son pesant d'or notamment grâce à la prestation sans faille d'Erich Von Stroheim et celle de l'actrice française Denise Vernac.
Ainsi, Lew Landers va s'attacher à montrer l'explosion du couple Diijon et la lente détérioration mentale de l'illusionniste qui refuse toute l'aide qu'on lui propose. Pire encore, l'homme s'isolera suite à un numéro raté et cherchera à se venger de tous ses proches, les résidents de l'hôtel dans lequel il vit.
Pour ce faire, il va étudier l'hypnose et l'essayer sur des cobayes pris au hasard (un marchand de journaux, un voleur…) avant de mettre ses sinistres projets à éxécution.
En utilisant des plans rapprochés et une lumière alternant les clairs / obscurs, le réalisateur va apporter une dramaturgie prégnante à The Mask Of Diijon et s'appuyer sur une interprétation forte de ce bon vieil Erich Von Stroheim qui signe ici une sacrée gageure.

Il est d'ailleurs intéressant de noter que le personnage de Diijon semble faire écho à celui de Gabbo dans The Great Gabbo, dans lequel Erich Von Stroheim jouait le rôle d'un ventriloque en totale perdition qui s'isole du monde et de sa compagne avant de montrer sa noirceur la plus totale...
Mais là où The Great Gabbo s'avérait être un film léger, The Mask Of Diijon va lui, mettre en avant un côté totalement sombre dans son récit et présenter des ambiances assez oppressantes (notamment avec ses lumières expressionnistes) et ce, même si on aura droit à quelques passages de music hall (tout comme dans The Great Gabbo, d'ailleurs…).

Sans aucun artifice ni surenchère inutile, The Mask Of Diijon se place comme un bon petit thriller qui repose entièrement sur les épaule d'Erich Von Stroheim. Avec ce scénario cousu de fil blanc taillé sur mesure pour lui, l'homme excelle dans son personnage de magicien distant et désabusé qui bascule dans le côté le plus obscur de sa personne.
A 60 ans passés, Erich Von Stroheim signe ici un bon film dans sa fin de carrière (il mourra en France 10 ans plus tard), et démontre par là-même que son légendaire charisme peut à lui seul, porter tout un film…
3.5



PS : The Mask Of Diijon est disponible sur le coffret "Erich Von Stroheim Mystérieux" édité par Artus Films avec The Crime Of Dr Crespi, The Lady And The Monster et The Great Gabbo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
The Mask Of Diijon (1946)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Mask Of Diijon (1946)
» Accident d'aviation 1946
» HELLBOY : KROENEN MASK
» Myster Mask
» Panzer Waffe 1946

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Avenue De L'Horreur :: Les films d'horreur :: Inclassables du genre-
Sauter vers: